Actualité
INNOVATION

Le Défi H vu par... #1

Dans le cadre des 5 ans du Défi H, Sogeti donne la parole à différents représentants de l'écosystème du Trophée Innovation et Handicap des grandes écoles et universités dans une série d'interviews.

C’est souvent par hasard que naissent les belles rencontres. Celle de Marie Spitz, Présidente SAS MPSLS, et Sogeti s’est faite grâce au Défi H. 

Talk Different

Depuis plus de vingt ans, Marie Spitz dédie une grande part de son énergie à la cause du handicap. C’est pour pallier au manque d’accessibilité des outils de communication existants qu’elle a souhaité créer une application novatrice. Animée par la volonté de fédérer deux mondes, celui qu’elle appelle le « monde ordinaire » et le monde du handicap, elle collabore depuis plusieurs années avec Sogeti et a lancé Talk Different en 2015. C’est le Défi H qui a motivé son choix de travailler avec Sogeti pour développer son projet. « Sans le Défi H, je n’aurais pas nécessairement choisi Sogeti », confie-t-elle avant d’ajouter : « J’ai trouvé auprès de Sogeti un véritable partenaire dans le cadre d’un projet à valeurs partagées ».

Le Défi H, « un beau tremplin dans l’utile et dans l’humain »

En 2013, Marie Spitz découvre le Défi H et Sogeti. « Quand j’ai vu tous les projets qu’il y avait, j’étais aux anges, j’ai trouvé ça extraordinaire », dit-elle. « Il y a une merveilleuse détermination à vouloir aider… J’ai trouvé ça très rassurant de voir de belles énergies au service du handicap », évoque-t-elle en souvenir des éditions précédentes. Elle applaudit également le temps qu’investissent les étudiants et l’envie qui les anime pour développer des projets en faveur de cette cause.

Répondre à un vrai besoin : les conseils de Marie Spitz aux futurs participants du Défi H

« Dans un premier temps, il est important de cibler le besoin et d’évaluer ce que peut apporter l’outil » conseille Marie Spitz. Elle ajoute qu’il ne faut pas « créer un outil pour créer un outil » mais plutôt voir comment penser l’outil pour qu’il soit vraiment accessible au plus grand nombre. Le partenariat avec des associations constitue un réel avantage pour les étudiants selon elle. Il permet d’avoir un retour immédiat sur les besoins du monde du handicap et d’avoir un référentiel de qualité.

L’innovation au service du handicap

Marie Spitz l’affirme : « l’innovation est clairement indispensable au handicap ». Mais pour elle, cela va encore plus loin. Il faut fédérer le monde du handicap et le « monde ordinaire ». Et ce, en créant des outils qui soient destinés à ces deux mondes, à l’instar de son application de langage universel. Elle souligne : « Le monde ordinaire va jouer avec l’application, elle va être ludique. Et elle va être précieuse pour le monde du handicap ».

Talk Different Medical

Marie Spitz travaille sur une deuxième application – Talk Different Medical – qui traduit les actes médicaux en illustrations. Toujours dans la même optique, celle d’être utile et accessible à la fois pour le « monde ordinaire », les personnes handicapées, les personnes phobiques, les personnes étrangères…

Fervente supportrice du Défi H, Marie Spitz suivra cette cinquième édition avec le plus grand intérêt. « Le Défi H est précieux car les étudiants ont des idées fraîches, très belles, très lumineuses. Ils n’ont aucune barrière », conclut-elle.

todo todo
TWITTER